Note du 1er janvier 1996 – 1406 jours

Il y a là une cavité, une dent creuse qui empêche l’amour de se révéler. Dans le temps. Une sorte de manque de chiffres. Des secondes, des heures qui n’ont pas été comptées. Des instants où auraient dû naître les possibilités, où une race de fleurs aurait dû éclore. Mais rien n’est arrivé. Ce temps n’a jamais existé. Les mots se sont effondrés sur eux-mêmes. Je n’ai jamais dit je t’aime et ma vie a roulé autour du noyau vide pour cacher des vestiges de rien, une illusion. Mais cette sphère vide est mon silence, mon absence d’être, l’univers dont je suis le Dieu. Ensuite j’y ai dit « je t’aime » du mieux de mon autorité, du gras de mon âme.

Publicité