Note du 1er mai 2003 – 4083 jours

J’oublie ma réalité, mon existence charnelle pour me propager dans les interstices de la vie des autres, des vides qu’ils créent par leur mouvements inutiles, dans la trace de leur parfum. Un travail dans les sous-couches de l’humain, loin des hauteurs sophistiquées qui ne brassent que de l’air, dans l’existence au sens de Kierkegaard. Dans l’instant, cette autre dimension du temps.

Publicité