La Croix – 4724 jours

Qu’importe le sujet ! C’est tous les sujets, le multiple et l’unique, à la manière de Morandi.
Regarder avec intensité un point fixe, longtemps, et voir l’univers entier. Se voir donc. Autoportraits.
Tout ce qui existe est circoncis à mon enveloppe charnelle. Rien n’y échappe. C’est une vérité !
M’interroger, c’est m’agrandir et élargir les limites de ce qui est.
Je vis seul dans ce monde. Rien d’étranger ne le traverse. Quelque soit la multitude, cela reste un exil. Un décor d’enveloppes humaines rien de plus. Chacun son monde, mais y a t-il des territoires de partage ? Rien n’est moins sûr. La lutte est là, exactement. Pourtant vaine, pourtant désespérée. Il n’y a pas d’autres humains. Juste des illusions. Des formes de leurres avancés, pseudo-pensants, des miettes de soi mais aussi parfois des formes plus complètes. On les appelle « frères », « amis », et ça n’est que soi. C’est si terrible de peupler tout ce vide.
Alors la croix. La forme composée la plus simple. Celle qui définit une intersection, une rencontre hypothétique. Une délivrance aussi qui conduit à la résurrection ?
Mais il faut d’abord s’y perdre. Le faire avec jubilation, avec force, dans l’inconscience de la vie.
On compose des rituels. On force son corps à sécréter ces substances qui dissolvent la réalité. Et cela est dans le physique, dans le geste, dans l’épuisement, la fatigue du temps. C’est à ce prix qu’apparaissent les friches de l’esprit. L’autre homme. Les autres moi. Les seuls qu’on y rencontre. Et enfin l’homme premier, au sens de ces chiffres premiers, indivisibles, l’animal humain, la cellule souche.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s