Note du 25 avril 2007 – 5519 jours

Il ressort de tout ça (moi face à la vie), une grande conscience du bien et du mal.

Ces trappes, ces portes dérobées qui s’ouvrent sur des clairières vierges de la langue. Ces mots (pourtant que des mots) à cloche-pied, ces phrases à mi-étage qui disent plus que l’intelligible.

S. Mallarmé – Pour un tombeau d’Anatole.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s