Lettre à un ami – Nouvelles du dehors et du dedans

J’entame un nouveau cycle de notes sous la forme de lettres à un ami.
Ce seront des billets d’humeur qui n’appellent pas nécessairement de commentaires. Juste une vue du dehors mais parfois du dedans à l’adresse d’un ami.
J’ai croisé il y a quelques temps de ça, le livre des haïkus de Kerouac. L’édition est bilingue et regroupe l’ensemble des petits poèmes écrits pendant sa retraite dans les montagnes je crois. Mais qu’importe. Ce qui est important c’est l’émotion que j’ai eu à les lire en anglais. Comme si ce dépaysement dans la langue m’éloignait du sens pour me rapprocher encore plus de l’émotion…et c’est bien de cela qu’il s’agit. Ne pas lire mais sentir. Comme le langage de la danse qui parle à ce que nous avons de plus archaïque en nous…qu’on lit avec les nerfs et non pas avec le cerveau.
Il m’est alors apparu comme une évidence qu’il me fallait illustrer ce livre…écrire autrement et dans ma propre langue la fulgurances de l’instant.

20130919-134533.jpg

À cette même période, j’écrivais cela sur mon carnet noir.

Note du 27 juillet – 7457 jours – 755 jours.
La théorie de la phase, c’est d’être alunissons avec le battement, le rythme d’un lieu. On peut mesurer la pulsation d’une ville, d’un quartier, d’une rue, d’un immeuble… À un instant précis.
Et notre bonheur serait dû au fait que notre propre rythme serait en phase avec celui du lieu où nous nous trouvons.
Un Haïku rendrait compte de ça.

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s